Cristina Hoffmann

LE DEPARTEMENT DE LA DIVAGATION

C'est un projet animé par la joie obstinée de créer, qui nous appelle à investir le réel autrement. 

Par le biais des arts plastiques et numériques, il explore les processus de saisissement et de création de formes et la façon dont les productions peuvent s’inviter dans nos vies et dans nos espaces. Il conjugue dessin, lecture, écriture et outils technologiques, et se déploie entre le monde physique et le monde virtuel, à mi-chemin entre la matière analogique et la matière numérique.

Le département de la divagation cherche à cultiver l’état poétique : un état de résonance et de présence qui nous rend disponibles au monde, aux autres et à nous-mêmes. Car divaguer c’est inviter le mystère du monde à jouer avec nous, et découvrir de nouvelles profondeurs là où personne ne pensait trouver grand chose. Ce n’est pas une attitude d’imposition ni une démarche de domination du réel, mais une tentative de collaboration avec la magie de l’existence.

Né du travail de recherche-création de l’artiste Cristina Hoffmann, le travail de divagation a commencé par un geste quotidien de dessin et d’écriture en ligne : des créations sans prétention, impulsées par la répétition et l’accumulation, ayant recours à un médium simple et transportable, qui s’inspirent des sensations, des perceptions et de l’environnement de l’artiste au moment même où celle-ci prend le crayon.

Le travail de Cristina Hoffmann questionne nos perceptions, nos mémoires, nos interactions, et la façon dont on crée du sens. Pour ce faire, elle détourne les technologies et les nouveaux médias afin d’explorer leur potentiel formel, politique et poétique.
Artiste interdisciplinaire, ses créations combinent médiums traditionnels et émergents : interfaces neuronales, robotique, électronique, dessin, écriture, installation, vidéo, actions participatives et performance. C’est dans les interstices et les interférences entre les disciplines, les langues et les cultures, qu'elle se sent le plus à l'aise. Par ses recherches plastiques, Cristina explore les dispositifs et les systèmes de réalité que nous fabriquons et avec lesquels nous vivons. Elle s’intéresse à la cognition humaine et au corps comme terrain où celle-ci se déploie, et elle interroge la technicité qui définit notre espèce.
Espagnole née au Mexique, elle vit et travaille à Paris. Formée en tant qu’ingénieur et avec un carrière préalable de designer, elle a exposé ses oeuvres à Paris, Singapour et Madrid, et est accueillie en résidence de création au CDA d'Enghien-les-Bains.

Le département de la divagation