Editos 22/23

Le Centre des Arts fête ses 20 ans !

Publié le

20 ans se sont écoulés depuis l’ouverture en septembre 2002 du Centre des arts construit sur l’ancienne distillerie Garnier d’Enghien-les-Bains. 20 ans pendant lesquels vont se distiller de nouveaux modes d’expression et de création, d’expositions, de concerts et d’accueils d’artistes réputés ou en devenir.

Auparavant existait déjà un terreau culturel favorable. Des acteurs associatifs ou privés, comme le Centre culturel F. Villon, le théâtre, les cinémas, les écoles de danse proposaient des spectacles et des activités culturelles.

Mais il manquait un espace à la fois laboratoire, résidence, scène, où pourraient travailler et se produire des artistes issus des arts visuels, plastiques, numériques, de la musique, de la danse, de la robotique. C’est le devoir de l’État et des collectivités territoriales de créer les conditions pour mettre les arts au cœur de nos vies pour nous réunir, nous faire réfléchir, nous surprendre, nous émouvoir.

Pas à pas, les artistes ont posé leurs empreintes multiformes et marqué l’histoire du lieu : R. Rauschenberg, C. Saura, T. Murakami, C. Bernardo, B. Guyot, M. Chevalier, J.-M. Fauquet. Les renommées du CDA et de la ville se sont amplifiées au rythme d’une programmation foisonnante et d’événements innovants : Bains numériques, PIDS Enghien. De scène conventionnée à rayonnement régional, le CDA est devenu un établissement d’intérêt national. Désignée Ville UNESCO des arts numériques (2013), Enghien-les-Bains siège au Comité français des villes créatives aux côtés de Cannes, Saint-Étienne, Lyon…

Ce parcours et cette reconnaissance porte haut l’identité de notre ville thermale. Que ces 20 années de création se prolongent et nous transportent vers de nouveaux rivages poétiques, oniriques et fantastiques.

Philippe Sueur

Maire d'Enghien-les-Bains

1er vice-président du Conseil départemental du Val d'Oise 

--

Le 20 septembre 2002 était inauguré le Centre des arts, nouvel équipement culturel de la Ville d’Enghien-les-Bains, créé à l’initiative de son Maire, Philippe Sueur.

Dans l’édito du 1er programme, on pouvait lire : ‘’les arts, les sciences, et les technologies fondent les enjeux du CDA, en référence aux sciences créatives’’. Dès l’ouverture, le ton est donné avec le réalisateur Carlos Saura, accompagné de ses films et d’une exposition. Il s’ensuit un concert de Gotan Project, les installations de Christa Sommerer, de Laurent Mignoneau ou encore celles de Murakami, associé à Mariko Mori avec Nirvana (image 3D), prix de la Biennale de Venise.

Le CDA se définit d’emblée comme un lieu de création, de production, de diffusion, de formation où toutes les formes d’expression artistique y sont représentées. Par ailleurs, nous trouvons dans l’ADN du lieu un axe de programmation ouvert à l’international avec 30 pays et 25 villes à travers le monde.

Au fil des années, le numérique est apparu progressivement dans le paysage de la culture, de l’éducation et de la création en conférant au CDA, - pionnier dans ce domaine - un rôle de premier plan en France sur la création numérique et ses nouvelles pratiques. Ainsi 2005 voit le jour de la création du réseau des arts numériques, le RAN, puis de la biennale internationale Les Bains numériques (11ème édition en 2023) mais aussi du PIDS Enghien. Entre temps, nous créons grâce à notre ingénierie une scène flottante sur le lac, devenue la plus importante en Europe.

Enfin, le CDA reçoit un label du Ministère des Affaires Étrangères et de l’Europe sur son expertise numérique et en 2020 est désigné par le Ministère de la Culture comme scène conventionnée d’intérêt national Art et Création. La nouvelle saison 2022/2023 poursuit cette démarche dans une volonté de renouvellement des formes artistiques, esthétiques, à haute valeur scientifique autour de l’intelligence artificielle, du métaverse, de la robotique dans le sens d’une humanité digitale durable.

Dominique Roland

Directeur du Centre des arts